exclu mondiale :)
formation UX design !
53h de vidéo
60 études de cas
150 livrables - 160 wireframes
places limitées

étude de cas UX Conforama

Conception de conforama.fr.

Architecture de l'information et design d'expérience utilisateur de la plateforme e-commerce Conforama. Suivi et optimisation ergonomique durant 3 ans.

étude de cas UX Conforama
note : ce projet a été piloté par DIGITAS (groupe Publicis), cadre dans lequel J.Muckensturm a assuré la conduite des missions en architecture de l'information.
écrit en 2010
et révisé en 2016 par
Julien Muckensturm
Architecte de l'information
icone linkedin
icone viadeo

La problématique digitale

Spécificités de la mission Conforama

Nous avons souhaité traité du cas Conforama, pour illustrer les apports propres à la démarche d’architecture de l’information et d’expérience utilisateur, dans le cadre d’un projet e-commerce impliquant plusieurs cycles de vie : refonte, optimisations, évolutions

Il s’agit également d’un projet exigeant, dépassant les simples questions de formalismes d’interface, dans lequel de nombreux travaux en matière d’architecture de l’information ont été menés (élaboration de matrices, optimisation de catalogue référençant plusieurs milliers de références…).

Les travaux ont été menés en 2007, 2008 et 2009.
Visualisez le projet UX Conforama...

A propos de Conforama

Conforama, enseigne filiale du groupe ppr, est leader du marché de l’ameublement en france et se place dans les premiers rangs mondiaux en matière d’équipement du foyer.

Conforama dispose d’un réseau de magasins physique puissant en france (environ 180 magasins) et est également bien implanté en europe (environ 50 magasins), notamment en espagne, italie, croatie, suisse, luxembourg et portugal.

En 2005,Conforama modernise sa charte graphique et réaffirme son positionnement de discounter en optant pour la baseline « bien chez soi, bien moins chère » en remplacement de la signature historique « le pays où la vie est moins chère » ; la marque opte pour un ton plus léger dans ses prises de paroles communicationnelles (spots publicitaires tv, radio…) en créant des personnages mis en scène dans des saynètes parodiant la vie de tous les jours… cette stratégie vise notamment à répondre aux campagnes du concurrent ikea.

Au final, en retravaillant les fondamentaux de sa communication (baseline, charte graphique, concept communicationnel, tonalité), Conforama a réussi le pari de moderniser une enseigne qui apparaissait vieillissante.

Dans la lignée de cet effort de modernisation, l’enseigne se devait de relever le niveau de sa présence digitale par un dispositif e-commerce davantage dans l’air du temps et en accord avec la nouvelle stratégie de communication.

C’est dans ce contexte que nous sommes intervenus, en 2007, dans le cadre d’une mission en architecture de l’information, visant la refonte du site marchand de l’enseigne Conforama.fr.

l’ancien dispositif marchand de l’enseigne Conforama, en 2006
ancienne version du site Conforama...

Problématique digitale de Conforama

En 2007, le dispositif interactif de Conforama apparaît vieillissant et n’est plus en phase avec la volonté de modernisation de l’image de marque de l’enseigne ; la plateforme technique est obsolète, et ne permet plus de gérer efficacement les flux des gammes produits entrantes et sortantes. en matière de code e-commerce, le dispositif est là encore dépassé, et reste à cette époque totalement rompu aux logiques 2.0 et participatives.

Le site souffre de nombreuses carences en matière d’ergonomie, et côté design, le site marchand de l’enseigne Conforama accuse le coup face à la montée en gamme des dispositifs concurrentiels

Pourtant, malgré ses faiblesses, le dispositif marchand de Conforama est très performant, et se hisse, déjà à cette époque, dans le top 20 des magasins de l’enseigne en matière de chiffres d’affaires (!) ; les indicateurs économiques et les indices de fréquentation sont au vert : le site web est le premier site e-commerce dans la catégorie équipement de la maison et totalise notamment en décembre 2006 plus de 500 000 visiteurs uniques.

De fait, les objectifs fixés par la refonte étaient ambitieux et visaient notamment à placer la boutique digitale Conforama.fr dans le top 10 des magasins les plus performants de l’enseigne :

  • accroître les performances de la boutique on-line (taux de transformation, panier moyen, déperdition dans le process de commande)
  • moderniser le dispositif pour bénéficier d’un avantage concurrentiel(nouvelles modalités de consultation (aide au choix, approche besoin) à intégrer dans les parcours
  • consolider et relayer le positionnement / l’image discounter de l’enseigne(charte, animation commerciale)

Il s’agissait également de tenir compte des spécificités du modèle Conforama, très fortement ancré dans la culture du magasin physique ; le site web s’appuyait fortement sur le réseau de magasins pour permettre la préparation de la visite en magasin, et les enjeux ergonomiques du nouveau dispositif visaient notamment à valoriser la synergie entre le réseau physique et le magasin digital au travers de l’ajout de nouveaux services : réservation en ligne, retrait en magasin…

Alors que d’autres enseignes peinent à trouver une formule complémentaire entre réseaux physiques et magasin en ligne, jusqu’à s’y engluer (problématiques de cannibalisation), Conforama a su capitaliser sur son réseau pour en faire une force en valorisant la complémentarité du modèle physique-digital auprès de l’utilisateur : dès son arrivée sur le dispositif marchand, toutes les modalités d’achat sont exposées clairement et l’usager sait qu’il pourra, au moment de finaliser sa transaction, opter pour la solution qui lui paraîtra la plus avantageuse (achat en ligne, livraison à domicile, retrait en relais-colis, retrait dans le magasin de son choix, etc.).

Le dispositif e-commerce fait ainsi du réseau physique, fort de 180 points de retraits dans toute la france (85 % des français ont un magasin à moins de 20 minutes de chez eux) une de ses principales force de frappe : en misant sur la proximité dès les prémisses de son activité e-commerce, Conforama a su contenir les craintes matérialisées par le concept du « tout digital  » auquel sa cible grand public aurait par essence pu se heurter.

Ces constats se voient d’autant renforcer par la part consubstantielle du trafic généré sur la notoriété pure de l’enseigne : 80 % du trafic provenait du mot-clé Conforama (!).

Au final, toutes ces observations permettent de bien saisir les enjeux impliqués par la refonte du dispositif marchand, qui se devaient d’être une vitrine du savoir-faire de l’enseigne en matière de service afin de rassurer sa clientèle.

Trois dimensions ont donc été au cœur de la refonte :

  • le magasin
  • le service
  • la logistique

Nous sommes repartis de ces problématiques et des nombreux entretiens de cadrage pour baser notre travail de conception sur la complémentarité du magasin physique et du dispositif marchand : cette approche est très importante, car couramment, les enseignes disposant d’un réseau de magasin physique souhaitent démarquer fortement l’activité on-line du réseau traditionnel (notamment pour des causes organisationnelles comme la non agrégation des équipes ou encore le cloisonnement des unités d’affaires).

Le projet de refonte ergonomique

Le mode projet souhaité par Conforama a été de confier la partie créative à une agence interactive et le développement technique a une ssii, piloté par le département e-commerce de l’enseigne : cette organisation tricéphale, reflète un mode organisationnel relativement classique pour ce type de projet mais pose les problèmes récurrents du travail collaboratif, de la documentation projet, de la perméabilité des métiers…

La réussite du projet, et notamment le respect des objectifs fixés en matière de délais, budget, qualité, dépendait donc très largement de la bonne entente et de la fluidité des échanges entre les équipes techniques de la ssii et les équipes créatives de l’agence interactive.

Dans ce cadre, et afin de simplifier les échanges entre les trois partis, nous avons préconisé d’organiser le projet autour d’une démarche centrée sur les travaux d’architecture de l’information : en nous basant sur l’audit fonctionnel du dispositif (cf. infra), nous avons proposé une méthode d’organisation du projet agile, plaçant les échanges sur la matérialisation tangible et pragmatique du dispositif.
Ainsi, les chantiers fonctionnels ont été défini et traité comme suit :

  • réunion 1° : analyse fonctionnelle du chantier entre les 3 partis
  • réunion 2° : atelier de travail sur les wireframe
  • réunion 3° : ajustements et validation du chantier

Cette organisation pragmatique a permis de combiner l’expression des besoins à la démarche de conception fonctionnelle, et la réalisation des wireframe a systématiquement pu être cadrée par une analyse fonctionnelle des enjeux, risques et besoins par les 3 partis (équipe Conforama, agence interactive, ssii)…

In fine, l’organisation effective du projet s’est déroulée autour du traitement des chantiers récurrents que nous préconisons :

  • chantier 1 : catalogue et segmentation du catalogue, attributs produits
  • chantier 2 : logistique, flux impliqués dans le processus de commande
  • chantier 3 : descente catalogue (scénario de la home à la fiche produit)
  • chantier 4 : animation commerciale
  • chantier 5 : matérialisation du processus de commande
  • chantier 6 : compte-utilisateur et problématique de relation-client
  • chantier 7 : problématique magasin et services associés
  • chantier 8 : gabarits complémentaires transversaux et éditoriaux
  • chantier 9 : modules spécifiques

Bien entendu, des points intermédiaires ont permis de travailler sur d’autres aspects usuels embarqués par les problématiques e-commerce complexes, dont notamment :

  • la dimension corporate et de prise de parole de l’enseigne
  • la signalétique de prix, le marquage et le balisage des flags commerciaux
  • la gestion des visuels, (dimension, traitement)
  • les relations erp-logistiques et leurs impacts en terme d’interface
  • la gestion de la galaxie de site lorsqu’elle existe
  • etc.

Grâce à ce lotissement du projet organisé autour des composantes fonctionnelles constitutives du dispositif, le projet a été orienté de façon pragmatique sur sa matérialisation et a permis de respecter les impératifs fixés par l’échéancier.

Notre approche

Analyse et conception

De façon macro, notre approche s’est articulée autour de 3 temps :

  • une phase d’analyse et d’étude précise de l’existant
  • le lotissement fonctionnel et le découpage du projet en chantier
  • la mise en place des solution de conception

Notre premier travail relatif à la conception a consisté à réaliser un audit fonctionnel et ergonomique de l’existant :

Au travers de l’audit fonctionnel, nous avons pu recenser l’intégralité des composantes fonctionnelles constitutives du dispositif, ce qui nous a permis de bien identifier les points chauds et les zones de complexité.

L’audit ergonomique nous a permis de déterminer les grands scénarios et tâches impliquées par l’interaction avec le dispositif transactionnel et d’envisager leur simplification ; ce travail a notamment mis en lumière le caractère peu intuitif du catalogue produit.

Ces travaux d’analyse ont donc naturellement été complétés par un chantier très important portant sur l’inventaire complet de la segmentation et de la structure du catalogue de vente Conforama en vue de son optimisation : en effet, les équipes de Conforama avaient souligné, dès les premières réunions, la nécessité de déconnecter la segmentation produit de l’ERP (reposant sur une logique métier) de celle du site.

Nous avons donc cartographié l’intégralité du catalogue, en déterminant précisément pour chacun des univers produits :

  • le nombre de rayons associés
  • le nombre de catégories spécifiques constitutives de chaque rayon
  • le nombre de produits constitutifs d’une catégorie

Ce travail a permis de déterminer la largeur et la profondeur du catalogue ainsi que les moyennes de produits proposés par univers, par rayon et par catégorie : grâce à cette vision micro et détaillée du catalogue, nous disposions d’un outil très puissant pour reconstruire un nouveau catalogue et traduire son utilisation par un système de navigation et des modalités de filtres plus performants.

inventaire du catalogue Conforama
inventaire du catalogue Conforama

Solutions de conception

Segmentation du catalogue

Nous l’avons vu, un des enjeux forts du projet résidait dans le fait de mettre en place une nouvelle segmentation du catalogue, plus intuitive, et plus en adéquation avec la logique de classification utilisateur.

Pour ce faire, nous nous sommes rendus dans différents magasins physiques de l’enseigne afin d’analyser la topographie des lieux de vente ainsi que la disposition des produits : un constat très net s’est dégagé assez rapidement, autour du fait que de grands ensemble de produits émergeaient nettement en perception, par leur couleur, leur design et leur encombrement…

Nous nous sommes basés sur ces observations pour faire une première proposition de segmentation, très macro autour des espaces suivants :

  • un espace mobilier et cuisine (chambre, ensemble cuisine…)
  • un espace décoration (luminaire, tapis…)
  • un espace électroménager (réfrigérateur, machine à laver…)
  • un espace high-tech (ordinateur, téléphonie…)

Cette grille de lecture et de séparation des univers, qui émerge naturellement en perception visuelle au cours d’une visite en magasin, apparaît relativement évidente et logique : de façon assez paradoxale, relever de telles évidences s’avère pourtant difficile pour des équipes projets immerger au quotidien dans les problématiques de l’enseigne.

Cette proposition de segmentation a donc été favorablement accueillie par les équipes de Conforama, mais encore fallait-il réussir à donner une visibilité précise et tangible de cette segmentation macro…
En effet, passer du stade de l’idée à la formalisation micro de la segmentation du catalogue est un exercice exigeant et complexe : à priori, les équipes de Conforama étaient naturellement pressenties pour réaliser ce travail, mais l’expérience a pu mettre en évidence que face à une tâche aussi spécifique, le manque de recul méthodologique associé à une absence de techniques et d’outils, n’a pas permis aux équipes de chef de produit de réaliser le travail en tenant compte de la vision globale… ces difficultés ont créé un court-circuit dans le mode projet et ont eu des impacts sur l’échéancier initialement prévu.

Notre premier chantier de conception a donc consisté à réaliser le travail exhaustif de segmentation, pour le soumettre dans un deuxième temps au regard critiques des responsables de rayon de l’enseigne : comme souvent, la création du support par l’architecte de l’information permet de fluidifier les échanges et de faire avancer le projet ; c’est cette méthode qui aurait du être privilégiée dès le départ.

Le travail de segmentation a exigé un réel investissement, puisqu’il s’agissait de s’approprier l’intégralité des références produits… nous avons repassé au peigne fin l'intégralité des catégories du catalogue pour les relier au nouveau système de classification... d'autres éléments facteurs de complexité ont du être pris en compte, dont notamment les enjeux techniques et sémantiques liés au référencement…

Lorsque nous sommes finalement parvenus à établir une table de correspondance exhaustive entre l'ancien catalogue et la nouvelle classification, au sein d'un fichier excel relativement difficile à appréhender, nous avons du trouver des solutions de présentation plus visuelle afin de faciliter la communication lors des ateliers de travail.

Les ajustements et itérations autour de la segmentation définitive ont quasiment courus jusqu’à la fin du projet, comme souvent, un maximum de flexibilité a été injecté dans les solutions de conception mises en place.

La nouvelle segmentation visait notamment à restreindre le nombre d’entrées en amont, et à supprimer toutes les classifications intermédiaires pour associer à chaque univers, une liste de rayons très précise… autrement dit, en opérant des regroupements au premier niveau de l’arborescence et en supprimant les niveaux inférieurs, nous avons créé un système relativement dense dès le deuxième niveau…

Il s’agissait de traduire ce système de classification en modèle navigationnel, sans pour autant que ce dernier se voit étouffé par la trop grande richesse des rayons ; nous avons entamé une démarche de design d’information afin de conférer au système de navigation mis en place des modalités de classification efficaces et confortables pour l’utilisateur.

visite d’un magasin Conforama
visite d’un magasin Conforama

table de correspondance entre l’ancienne et la nouvelle segmentation
table de correspondance entre l’ancienne et la nouvelle segmentation

focus sur la navigation
focus sur la navigation

différentes modalités d’exploration du catalogue
différentes modalités d’exploration du catalogue

Parcours complémentaires

Sur la base d’une structure de catalogue solide, nous avons entamé un second chantier de conception très impliquant, dans lequel il s’agissait d’offrir des modalités d’accès complémentaires voire alternatives au catalogue…
Autrement dit, si la nouvelle segmentation du catalogue permettait de répondre à une logique de classification rationnelle, et donc à un parcours raisonné de la part de l’utilisateur, il fallait encore adresser les autres typologies de parcours : par besoin, par usage, par ambiance ou par design

Ces modalités complémentaires d’exploration du catalogue ont été modélisées sous forme d’arborescence décisionnelle, afin de saisir les impacts d’une telle approche en matière d’interface…

Les accès alternatifs au catalogue se sont rapidement avérés être des éléments de distinction concurrentiels très forts :

  • une exploration catalogue par besoin combinée à une approche visuelle
  • une exploration catalogue par attributs et filtres produits précis
  • une exploration catalogue par association de produits
  • une exploration catalogue par pièce

Grâce à ces différentes modalités de manipulation du catalogue et d’accès au produit, nous souhaitions adresser un maximum de stratégies utilisateurs. mais là encore, il fallait donner corps aux idées de façon tangible, en créant d’une part les matrices nécessaires aux combinaisons des données puis en les traduisant d’autre part, par des solutions ergonomiques intuitives.

exploration visuelle du catalogue par besoins : choix de la fonction
exploration visuelle du catalogue par besoins : choix de la fonction

exploration visuelle du catalogue par besoin : traduction visuelle
exploration visuelle du catalogue par besoin : traduction visuelle

Filres par besoins

Pour la création des entrées par besoin, nous avons essayé de nous placer dans la peau d’un consommateur : il se déplace pour visiter le magasin avec un objectif précis et une fois sur place il oriente son parcours en fonction de ce qu’il voit pour trouver ce qu’il cherche ; une fois encore, une logique évidente et implacable mais relativement complexe à traduire en matière d’interface digitale…

Nous sommes donc repartis de cette idée (en considérant pour acquis le fait que l’utilisateur était déjà sur place dans le magasin digital…) pour concevoir les entrées par besoin :

  • 1° les besoins : sur la base de la segmentation du catalogue, nous avons traduits les différents rayons par des fonctions : dormir, travailler, manger, ranger, s’assoir
  • 2° le guidage visuel : une fois la fonction répondant au besoin choisi, une présentation visuelle des produits sous forme de mosaïque permettait à l’utilisateur de balayer d’un regard tous les produits associés à sa requête

Dans cette logique d’exploration visuelle, nous avons également travaillé sur un module permettant de valoriser et combiner les produits autour d’ambiance et de mise en scène, comme le font par exemple très bien les magasins physiques ikea… ce module devait ainsi permettre de rattacher un produit à toutes les gammes associées, sur des critères de design, de fonction, de complémentarité : concrètement, il s’agissait de donner une forme visuelle au traitement du cross-selling, traditionnellement présenté de façon austère.

La construction de ce module a donc été organisée autour des pièces : présenter plusieurs styles de mobilier-décoration et produits high-tech associés pour un bureau, une chambre à coucher...

Ce module était notamment une réponse tangible aux objectifs visant à augmenter le montant du panier moyen d’achat.

Autant l’exploration par besoin ainsi que la mise en scène des produits répondaient à des logiques visuelles, ce que l’on pourrait appeler une logique cerveau droit (sensitive…), autant nous fallait-il compléter ces approches par des modalités d’exploration du catalogue plus techniques et ainsi adresser les comportements plus rationnels répondant à une logique cerveau gauche (analyse).

Nous avons donc travaillé sur une solution de conception permettant de classifier les produits de façon intuitive pour l’utilisateur ; cette logique de classification ne pouvait intervenir qu’à un niveau inférieur de l’arborescence, afin d’éviter de techniciser la consultation du catalogue… plus concrètement, nous avons travaillé sur la modélisation d’un module visant à accompagner l’utilisateur dans le choix technique de son produit.

Pour ce faire, nous avons été amenés à travailler sur les attributs communs à l’ensemble des produits référencés dans le catalogue, afin de dégager un modèle de classification dynamique permettant d’agréger les données de chaque catégorie de produit : pour l’utilisateur, on devait pouvoir choisir son réfrigérateur ou son tapis à l’aide du même outil, et ce afin d’homogénéiser l’ergonomie et garantir l’expérience utilisateur.

Là encore, pour traduire cette idée simple, nous avons du faire des projections et des tests sur plusieurs catégories de produits, afin de déterminer si les modèles d’attributs produits étaient suffisamment performants pour filtrer les articles : une matrice de classification des produits a donc été mise au point autour des éléments suivants :

  • des attributs permettant d’affiner les contours d’une catégorie produit(exemple : un canapé d’angle vs. un canapé convertible…)
  • des attributs permettant de sélectionner des caractéristiques techniques sans pour autant utiliser un vocabulaire technique (exemple : parler d’un ordinateur multimédia plutôt que du choix d’une carte graphique…)
  • des attributs de type booléen pour élargir les choix optionnels (exemple : une télévision oui, mais avec tuner tnt obligatoirement…

Il est difficile de retranscrire la complexité d’un tel travail, mais grosso-modo, dans le cas de Conforama, cela revenait à réorganiser tout le système de présentation des produits, pour pouvoir choisir son tapis, sa télévision, son grille-pain sur des bases ergonomiques communes.

Enfin le modèle matriciel mis en place, validé, complété et correctement indenté, encore fallait-il modéliser l’ergonomie du module, et surtout spécifier intelligemment son fonctionnement : par exemple, le module devait-il retourner des résultats négatifs, si oui pour quelles alternatives, si non faillait-il contraindre certain choix quittent à frustrer l’utilisateur (on songe mal par exemple à un vendeur qui orienterait un prospect vers un rayon composé de 0 produits… parce que l’utilisateur a un besoin de départ si précis qu’il ne correspond à aucun article…) ?

C’est ce travail qui a été le plus complexe dans la mission de refonte du dispositif, un véritable casse-tête !

module ambiance : pour mettre en scène les produits
module ambiance : pour mettre en scène les produits

matrice de classification et de filtre des produits
matrice de classification et de filtre des produits

module final de classification des produits
module final de classification des produits

Processus de commande

Un des autres temps forts du projet s’est cristallisé autour de la matérialisation du processus de commande : il s’agissait de transposer sous forme de parcours utilisateur performant les spécificités du modèle logistique de Conforama…
L’enseigne avait choisi d’organiser la logistique autour de deux flux complémentaires : une plateforme centrale pour les colis de petite taille et le réseau de magasin physique de l’enseigne pour les colis encombrants.

Autrement dit, pour être livré, il était impératif de rattacher l’utilisateur à un magasin, le risque étant que le magasin en question ne dispose pas du produit sélectionné dans son stock, auquel cas il s’agissait de rattacher l’utilisateur à l’autre magasin le plus proche… d’autre part, toutes les typologies de produit n’ouvraient pas les droits aux mêmes modalités de livraison : livraison à domicile standard, retrait en relais colis, livraison sur rendez-vous avec équipe de montage…

Au final, la présentation de la disponibilité des produits, lignes par lignes, en rapport à un magasin (principal ou secondaire…), ouvrant à une modalité de livraison spécifique, dont le retrait en magasin, a réellement complexifié la modélisation de l’interface
Le modèle se voulait être le plus ouvert possible, afin que l’utilisateur puisse composé le pack le plus en adéquation avec ses souhaits et ses disponibilités, mais au final, la combinaison multiples des choix proposés rendaient le dispositif relativement complexe à appréhender dans les cas impliquant plusieurs produits (exemple : un produit encombrant non disponible dans les deux magasins de rattachement…).

processus de commande et disponibilités
processus de commande et disponibilités

processus de commande et modalités de livraison
processus de commande et modalités de livraison

Fiche produit

Enfin, un dernier élément facteur de complexité nous apparaît intéressant à mentionner : la conception de fiche produit permettant à l’utilisateur de créer un meuble par assemblage de modules (exemple : cuisine, living…). pour ce type de fiche produits, nous avons mis en place un système permettant à l’utilisateur de sélectionner des modules, pour les assembler, et pouvoir visualiser l’assemblage réalisé et le prix associé ; la complexité résidait dans le fait que certains ensembles de produits proposaient plus de 30 modules assemblables, pouvant engager des incompatibilités en fonction des choix… exigeant à la fois une assistance technique et pédagogique.

Pour agréger toutes les problématiques spécifiques engagées par le choix d’une cuisine (la manipulation des éléments, la réalisation d’un devis en quasi-temps réel) un site complémentaire a été mis en œuvre, et ce afin de dépasser les limites du modèle mis en place dans le cadre du site e-commerce.

La combinaison de ces différents travaux, réalisés en 2007, ont concouru à la mise en ligne du nouveau dispositif courant 2008, et nous avons eu l’opportunité de poursuivre notre mission dans le cadre des optimisations et évolutions postérieures aux test utilisateur en 2008-2009.

fiche produit : créer un meuble personnalisé
fiche produit : créer un meuble personnalisé

le site Conforama cuisine
le site Conforama cuisine

Résultats

Augmentation des performances

Bénéficiant d’une mise en ligne relayée par des campagnes publicitaires, notamment télévisuelle, le nouveau site Conforama.fr a vu augmenté son trafic de manière significative dès son lancement.
Les indicateurs de performance ont suivi ce trend, si bien que d’un point de vue commercial, les objectifs visés par la refonte ont permis d’être rapidement atteints
.

Le site a été favorablement accueilli par les collaborateurs de l’enseigne en interne, marquant une nette rupture avec l’ancien dispositif (2001) qui véhiculait une image de marque moins valorisante…

Point de vue utilisateur, les différents tests engagés en réel sur le site en ligne, ont permis de mettre en lumière les axes d’optimisation à apporter au modèle : il s’agissait notamment de clarifier certains éléments du processus de commande, et de corriger des détails plus mineurs comme la navigation au sein des carrousels d’animation commerciale ; une mission d’optimisations a donc été engagée visant à adresser tous les points d’incompréhension remontés par les utilisateurs.

extrait des storyboards Conforama.fr : page d'accueil
extrait des storyboards Conforama.fr : page d'accueil

extrait des storyboards Conforama.fr : univers de vente
extrait des storyboards Conforama.fr : univers de vente

extrait des storyboards Conforama.fr : aide au choix
extrait des storyboards Conforama.fr : aide au choix

extrait des storyboards Conforama.fr : fiche produit
extrait des storyboards Conforama.fr : fiche produit

extrait des storyboards Conforama.fr : checkout
extrait des storyboards Conforama.fr : checkout

Bilan de la mission réalisée pour Conforama

La refonte du site Conforama est une mission référente en matière de conduite de projet digital : le cycle projet a engagé une phase d’étude, permettant d’intégrer la démarche d’expérience utilisateur en amont, suivi d’une phase de conception fonctionnelle plaçant les travaux d’architecture de l’information au centre de la méthodologie projet, conclu par des missions ponctuelles de maintenance, optimisations et évolutions.

Le site a fait l’objet d’un pré-test, puis d’un test en condition réel après le lancement du site, débouchant sur une phase d’optimisations.

Nous avons été présent, en accompagnement et suivi, à chaque étape pour d’une part garantir la prise en compte de l’expérience utilisateur, et d’autre part assurer la cohérence de tous les travaux engagés en matière d’interface.

Créa du site Conforama
Créa du site Conforama

Vous appréciez notre approche ?

UX design avec IAFACTORY.

On s'occupe de tout ce qui se rattache à la conception et on vous propose des services UX sur-mesure, en fonction de votre projet.
Si vous souhaitez vous faire accompagner en phase de conception

A partir d'ici, les internautes lisent aussi ces cas

ETUDE DE CAS UX
Architecture de l'information et design d'expérience utilisateur des plateformes marchandes Auchan...
etude cas ux auchan
ETUDE DE CAS UX
Conception et homogénéisation de l'expérience utilisateur des dispositifs e-commerce du groupe Orange.
etude cas ux orange
ETUDE DE CAS UX
Conception et homogénéisation de l'expérience utilisateur des dispositifs e-commerce du groupe Carrefour.
etude cas ux carrefour

...

Si vous recherchez des modèles à télécharger pour vos cartographies
Si vous souhaitez améliorer vos compétences en conception
Si vous avez besoin d'un peu d'aide pour votre projet digital